OEuvrer en faveur de l’intégration financière régionale – Protocole de la SADC sur la finance et l’investissement

De par le monde, les pays, grands et petits, se rejoignent au sein de marchés régionaux afin d’améliorer la vie de leurs peuples. L’élargissement des marchés permet aux entreprises de vendre à davantage de clients et d’élargir le gamme des emplois que les personnes peuvent choisir d?exercer. Par ailleurs, les entreprises étrangères seront probablement plus portées à investir dans un marché unifiée de la SADC abritant 280 millions de personnes et enregistrant un PIB de 650 milliards d’USD (chiffre de 2011) plutôt que dans un marché unique de 2, de 10, voire de 40 millions de personnes. Créer un marché régional composé de pays multiples suppose la suppression de divers obstacles. La suppression des obstacles aux transactions financières entre les pays s’appelle l’intégration financière régionale. Grâce à cette suppression, il est plus facile pour une société d’investir dans un pays voisin, pour une personne de recevoir de l’argent que lui aura envoyé un parent travaillant dans un autre pays, pour un gouvernement de partager les recettes douanières avec un autre, et pour les retraités de s’assurer que l’argent qu’ils ont durement gagné est investi de sorte à en maximiser les retours en prévision de leur vieillesse. Pour réaliser l’intégration financière régionale, il faut que les pays qui souhaitent rejoindre le marché commun fixent et appliquent des normes communes, harmonisent leurs lois, et oeuvrent ensuite de concert afin de veiller à ce que tous appliquent les mêmes règles avec la même vigueur. Faire en sorte que cet objectif se concrétise : c’est ce à quoi le Protocole de la SADC sur la finance et l’investissement a été conçu.